17 juin, 2015

Selon une nouvelle étude, 65 % des applications dédiées à l’Internet des objets génèrent de l’argent

L’étude, commandée par Progress et réalisée avec Harbor Research, révèle aussi que ce nombre devrait augmenter de 80 % d’ici à 2018

Puteaux, le 17 juin 2015 – Progress (NASDAQ : PRGS) annonce les résultats de sa dernière étude des industries, réalisée conjointement avec Harbor Research. Les premiers résultats montrent que 65 % des applications dédiées à l’Internet des objets génèrent déjà des revenus ; en France, ce chiffre est encore plus important et atteint 69%. L’étude d’Harbor Research révèle également que les développeurs s’attendent à voir le chiffre global atteindre 80 % d’ici à 2018. Aujourd’hui, les maisons intelligentes, les accessoires connectés, l’automobile et le sport/fitness sont les secteurs les plus en pointe dans le développement de l’Internet des objets.

L’étude s’est déroulée en janvier et février 2015 auprès de 675 développeurs aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Suède, aux Pays-Bas et en Inde. Parmi les développeurs interrogés, 45 % conçoivent des applications pour l’Internet des objets. Les développeurs basés aux Etats-Unis sont ceux qui en créé le plus grand nombre (58 %), suivis des Néerlandais (50 %) et des Allemands (43 %). En France, 38% des répondants avouent développer des applications sur l’IoT.

Prévisions pour les marchés verticaux

A l’échelle mondiale, les 3 industries principales dans lesquelles les développeurs concentrent leurs activités liées à l’IoT sont les maisons intelligentes (17%), la logistique (13%) et la vente (11%). Ce top 3 se retrouve aux Etats-Unis en Allemagne, avec une légère variation au Royaume-Uni (maisons intelligentes 19% - Logistique 12% - Smart City 12% - Vente 11%).

Cependant, le top 5 des priorités en France sont bien différentes:

  • Logistique: 21%
  • Maison intelligente : 15%
  • Production : 13%
  • Smart City: 12%
  • Vente : 8%

Interrogés sur les principaux secteurs concernés par le développement d’applications pour l’Internet des objets, les participants à l’enquête citent les maisons intelligentes (19 %), les accessoires connectés (13 %), l’automobile (11 %) et le sport/fitness (11 %). Ils estiment également que ces marchés sont ceux où les applications en question génèrent aujourd’hui le plus de revenus. En France, les industries les plus concernées par le développement d’applications dédiées à l’IoT sont les maisons intelligentes (21%), l’Automobile (15%) et les objets connectés (12%).

Au niveau mondial, les développeurs s’attendent à un changement dans les trois à cinq ans à venir. Selon eux, les trois secteurs les plus touchés par le développement d’applications sur l’Internet des Objets et générant le plus de revenus seront la santé (14 %), les villes intelligentes (13 %) et l’automobile (12 %). Le secteur public devrait pour sa part refaire son retard sur le marché actuellement très prisé des accessoires connectés (à 8 %).

Technologies et langages privilégiés

A travers le monde, les développeurs privilégient le système d’exploitation Android pour les applications dédiées à l’Internet des objets (29 %), suivi de Windows (24 %), Linux (21 %) et iOS (16 %).

Java vient en tête pour la collecte et l’intégration des données côté serveur (55 %), suivi de PHP (17 %) et Node.js (12 %). Parmi les participants à l’enquête, 40 % font systématiquement ou généralement appel à un outil RAD (Rapid Application Development) pour accélérer le développement des applications plutôt que de les créer à partir de zéro, ce qui représente une évolution majeure par rapport aux approches traditionnelles.

« Le nombre d’objets connectés est appelé à exploser et devrait atteindre 25 milliards à l’horizon 2020 selon les prévisions de Gartner[1]. Notre enquête montre que les développeurs misent à long terme sur les secteurs de l’industrie et des infrastructures comme ceux qui généreront le plus de revenus pour les applications sur l’IoT. Ils ont simplement besoin des outils technologiques appropriés pour collecter, analyser, exploiter et gérer des données contextuelles relatives aux objets connectés, afin d’en tirer un maximum de bénéfices, tant sur le plan créatif que financier. Avec la bonne approche, les développeurs peuvent transformer leurs idées en réalités commerciales, contribuant ainsi à façonner le marché de l’Internet des objets et son avenir », commente Mark Armstrong, Vice President and Managing Director EMEA at Progress.

Défis en matière de sécurité, de confidentialité et de traitement des données

Les développeurs à travers le monde s’accordent à penser que la sécurité et le respect de la vie privée, la confidentialité des données et la protection contre les attaques ainsi que l’intégration et la gestion en règle générale, constituent les principaux défis dans la conception, le déploiement et les interactions avec les utilisateurs. Ils confirment qu’il s’agit en outre d’enjeux majeurs pour leur monétisation.

Les participants à l’enquête sont d’avis que les éditeurs commerciaux (31 %) et la communauté open source (24 %) sont les mieux armés pour aider à relever ces défis. Par contre, ils ne croient guère à l’apport potentiel des pouvoirs publics (8 %) ou des organismes sectoriels (7 %).

Déficit de technologies, de compétences et d’outils

Tandis que 77 % des développeurs interrogés voient dans l’Internet des Objets une formidable opportunité, nombre d’entre eux estiment ne pas disposer des technologies, compétences ou outils nécessaires :

  • 50 % craignent ou sont certains de ne pas disposer des technologies nécessaires aujourd’hui pour répondre aux attentes de l’Internet des Objets ;
  • 50 % craignent ou sont certains de ne pas posséder les compétences et ressources nécessaires aujourd’hui nécessaires pour répondre aux attentes de l’Internet des objets ;
  • 45 % pensent ne pas disposer des technologies nécessaires pour collecter, analyser et exploiter les données contextuelles transmises par les capteurs ;
  • 30 % sont submergés par l’afflux et la gestion des données contextuelles générées par les applications de l’Internet des Objets, notamment lorsque celles-ci sont géolocalisées.

Pour accéder à l’étude complète et à l’ensemble de ses résultats, cliquez ici. Harbor Research est un cabinet spécialisé dans les enquêtes, les technologies et le conseil, en particulier dans le domaine de l’Internet des Objets. Ses travaux à l’échelle mondiale suivent les évolutions du marché, le développement des produits et les réalités de l’Internet des Objets parmi les dirigeants d’entreprises, les informaticiens et les développeurs. 

Progress sur les réseaux sociaux :

Suivez Progress sur Twitter, Facebook, LinkedIn et Google+

À propos de Progress

Progress (NASDAQ : PRGS) simplifie le développement, le déploiement et la gestion des applications métiers sur site ou en environnement Cloud, sur tout type de plate-forme et de périphérique, en minimisant la complexité et le TCO (coût total de possession). Pour contacter Progress, visitez le site www.progress.com ou composez le 1-781-280-4000.

Contacts presse

Hotwire pour Progress

Marion Larivière / Marion Delmas

01 43 12 55 64 / 62

ProgressFR@hotwirepr.com

Déclarations prévisionnelles

Ce communiqué de presse contient des déclarations qui constituent des «énoncés prospectifs» au sens de l’article 27A du Securities Act de 1933, tel que modifié, et de la Section 21E du Securities Exchange Act de 1934, tel que modifié. Progress a identifié certains de ces énoncés prospectifs avec des mots comme "croire", "peut", "pourrait", "devrait", "serait", "aurait", "s’attend à", "avoir l’intention de", "planifier", "cible", "anticiper" et "continuer à", la forme négative de ces termes, d’autres termes ayant un sens similaire ou l’utilisation de dates futures. Les énoncés prospectifs contenus dans ce communiqué de presse incluent, de manière non limitative, des déclarations concernant l’exploitation future, la direction et le succès des activités de Progress. Un certain nombre de facteurs pourraient entraîner des résultats réels ou des événements futurs qui diffèreraient de façon importante avec ceux anticipés dans les énoncés prospectifs, y compris de manière non limitative : (1) la capacité de Progress à déclencher ses initiatives de développement de produits en temps opportun, (2) l’acceptation par le marché des initiatives de développement de produits de Progress, (3) les pressions sur les prix et l’environnement concurrentiel dans l’industrie du logiciel et sur le marché du PaaS (Platform-as-a-Service), (4) la capacité de Progress à faire l’acquisition de technologies et de réaliser les bénéfices et les synergies attendus de ces acquisitions, (5) les conditions économiques aux États-Unis et dans les économies internationales, (6) l’utilisation de l’Internet et l’adoption continue des technologies Cloud par les entreprises et les consommateurs, (7) la réception et l’expédition de nouvelles commandes, (8) la capacité de Progress de développer ses relations avec des partenaires distributeurs et de gérer l’interaction des partenaires de canal avec sa force de vente directe, (9) la diffusion en temps opportun des améliorations apportées aux produits d Progress et l’acceptation par les clients de nouveaux produits, (10) le positionnement des produits Progress sur ses marchés existants et sur les nouveaux, (11) les variations de la demande en matière de services professionnels et support technique,(12) la capacité de Progress de pénétrer les marchés internationaux et de gérer ses opérations internationales, et (13) les variations des taux de change. Pour de plus amples renseignements sur les risques et incertitudes associés aux activités de Progress, veuillez vous référer aux documents déposés par Progress auprès de la SEC (Securities and Exchange Commission), notamment son rapport annuel sur formulaire 10-K pour l’exercice clos au 30 novembre 2012, comme amendé, et le rapport trimestriel sur formulaire 10-Q pour le trimestre fiscal clos au 28 février 2013. Progress n’assume aucune obligation d’actualiser les énoncés prospectifs, qui ne sont valables qu’à la date du présent communiqué de presse.

 

[1] Gartner. Predicts 2015: The Internet of Things, 30 décembre 2014, Alfonso Velosa,  James F. Hines, Hung LeHong, Earl Perkins, Satish R.M

Share this press release: